Pour accéder à la totalité des informations de notre site internet, vous devez être membre de la Compagnie de 1602. Vous pouvez vous enregistrer au moyen du lien "Créer un compte" citué ci-dessous.

 

 

Cette action une fois validée vous permettra en mode "Connecté" de prendre connaissance des informations réservées (situées dans le menu : INFORMATIONS > Membres), ainsi que d'accéder à un menu "utilisateurs" qui vous permettra de proposer un article ou un lien, ainsi que de gérer vos données personnelles. Cette action vous inscrit automatiquement à la Newsletter.

Si vous êtes déjà inscrit(e) et que vous avez oublié votre mote de passe ou votre numéro de membre, utilisez les liens ad-hoc pour autant que vous ayez par le passé déjà effectué un enregistrement.

Nous avons 58 visiteurs en ligne
Tabazan PDF Imprimer Envoyer

1602paris2010_092

Le bourreau.

On sait que, pendant deux siècles à partir de l'an 1355, le Pays de Gex était soumis à l'autorité du Duché de Savoie.

Peut-être que les Tabazan habitèrent pendant cette pédiode là le pays de Gex. De là les Tabazan étaient devenus des Gessiens. Ah, ce Pays de Gex! Terre frontalière avant tout...Or, on nous dit que les Tabazan étaient genevois (et même bourgeois de Genève) depuis au moins l'an 1490...

Le plus connu des Tabazan était François Tabazan (1534-1624), bourreau comme ses aïeux et ses enfants. Une famille de bourreau au moyen-âge l'était de père en fils. François Tabazan est connu pour avoir été l’exécuteur des Savoyards faits prisonniers la nuit de l’Escalade.

Autre question : Tabazan qui était d'origine savoyarde a t-il pu tuer ses compatriotes? Genève se mélange donc les pinceaux en disant tantôt origine savoyarde, tantôt origine Gessienne, pour l'histoire, les Tabazan ne sont pas de Genève...

Treize prisonniers, notamment de haute lignée, sont jugés, traités comme «voleurs et brigands» et confiés au bourreau Tabazan pour être pendus le jour même, parce qu'on ne pouvait pas procéder contre eux «comme contre gens de guerre, vu la paix qui avait été jurée et rejurée par le prince.»

Plus encore sur François Tabazan sur Wikipédia